viol

Tout le monde c’est ce que veut dire viol à savoir des rapports sexuels forcés avec quelqu’un qui n’en veut pas. Chacun a une idée du viol parce qu’il existe d’innombrables descriptions et représentations là-dessus. Un ou plusieurs hommes attrapent une jeune femme, l’attachent violemment (si nécessaire en la frappant, en lui donnant des coups de pied, en criant sur elle et en l’insultant), la déshabillent, lui écartent les jambes et la pénètrent violemment. Quand il s’agit de plusieurs hommes, ceux-ci violent la victime à tour de rôle. Après l’acte, on abandonne la jeune victime désemparée, maltraitée, humiliée, choquée, saignante, bouleversée et traumatisée. Le viol est toujours associé à la violence.

 

Viol de groupe

Le viol de groupe se passe moins souvent qu’on le pense. Le viol quoique désapprouvé par tout le monde est inhérent au système sexuel, dans lequel la fille doit attirer et le garçon doit être agressif afin d’ avoir la fille.
Les viols de groupe commis par des hommes se passe en temps de guerre, lors d’un événement sportif, d’une attaque ou d’une bagarre de rue. Après une bataille ou la prise d’une ville c’est-à-dire une fois les fortes tensions et la peur de la mort soient disparues, les soldats ressentent une très forte excitation sexuelle. La plupart d’entre eux font recours à la masturbation, mais le désir d’avoir une femme est fort. À cela s’ajoute le fait que de tout temps le vainqueur de la guerre dans un état d’ivresse de pouvoir pense avoir le droit de tout s’approprier. Une haine envers l’ennemi peut renforcer le besoin d’humiliation; l’utilisation des femmes et des filles est un bon moyen pour y parvenir. On dit aussi que dans l’époque préhistorique faire tomber enceinte les femmes de l’ennemi était une façon de faire transmettre ses propres caractéristiques héréditaires et de les faire perdurer. Un autre phénomène est que dans les guerres ethniques, le peuple vaincu est exterminé dans sa totalité par vengeance. Le viol en temps de guerre est considéré officiellement, sous l’influence du féminisme, comme un crime contre l’humanité.

 

Viol est un aspect du système sexuel

Le mot ‘viol’, qui évoque des sentiments intenses de désapprobation parce qu’il est associé aux violences décrites ci-dessus est utilisé fréquemment sans qu’il s’agisse nécessairement de ces violences. De ce fait, chaque rapport sexuel avec une fille de 12 ans est considéré comme ‘viol’, alors qu’il ne s’agit pas là de violence.
Il y a des féministes qui considèrent tout rapport sexuel comme viol et qui n’approuvent que le sexe frôleur ou les relations lesbiennes. Leur raisonnement là-dessus est basé sur des faits réels. Le viol est un aspect typique du système sexuel. La reproduction consiste à ce que l’homme introduise sa semence dans la femme. Dans ce cas, la pénétration du corps de la femme doit avoir lieu. Que la femme veuille cela (parce qu’elle ‘veut’ tomber enceinte) ne change pas le fait que le viol est, d’une certaine façon, un aspect latent de ce qu’on appelle le sexe normal entre un homme et une femme. Baiser veut dire heurter. Si l’homme parvient un jour à ne plus baiser dans ce cas le viol disparaîtra.

Share this page