jalousie

La jalousie est l’une des émotions les plus fortes qui soit. La jalousie a lieu lorsque qu’on pense que la personne qu’on aime aime (aussi) une autre personne. Un enfant qui remarque que sa mère aime aussi le père, le petit frère ou la petite sœur, dans ce cas il montre un comportement de jalousie. Lorsque la mère remarque que le père a une copine au travail, elle ressent, elle aussi, des sentiments de jalousie et montre le même comportement jaloux. On appelle ce comportement avec les émotions qui l’accompagnent, la jalousie. Un homme qui voit sa petite amie juste en train de rigoler avec un autre, peut ressentir un sentiment de jalousie. Toutes les personnes, de tous les âges, éprouvent de la jalousie, exactement comme ils peuvent éprouver de la faim et du désir.

 

Peur d’être abandonné

La jalousie est un mélange de peur et de colère. Il s’agit de la peur d’être abandonné. Tout enfant sur Terre exige de l’attention et des soins. La mère est génétiquement programmée pour procurer cette attention et ces soins. Cela s’appelle de l’amour maternel. Cet amour maternel procure à son tour à la mère des sensations de bonheur. Si l’enfant reçoit un amour inconditionnel de sa mère, il est heureux. L’enfant est ainsi ‘attaché’ à la mère. On appelle ceci aussi de l’amour. On dit que l’enfant aime la mère parce qu’il est heureux et content d’être près de sa mère (de l’autre). La peur et l’angoisse surgissent chez l’enfant lorsque la mère s’éloigne ou lorsqu’elle ne s’occupe pas bien de l’enfant (à cause d’une maladie ou d’autres problèmes).

 

Amour inconditionnel

La réalité est que l’enfant ne reçoit pas de sa mère l’amour inconditionnel qu’il souhaite. La mère a aussi d’autres enfants ou d’autres préoccupations. En plus, elle a aussi d’autres devoirs en tant qu’éducateur: apprendre à l’enfant à obéir, l’avertir des dangers; l’adapter à la société, etc. La mère est elle-même attachée à d’autres personnes (au père de l’enfant, à sa propre mère, à son enfant, etc.) et elle veut aussi recevoir de l’amour de ces personnes.
La conséquence est que tout le monde n’a pas reçu suffisamment d’amour pendant l’enfance, ainsi chacun de nous a ressenti plus ou moins de la peur et de la colère. Il y a bien entendu des différences individuelles qui se manifestent en fonction de toutes sortes de facteurs et de circonstances. Il y a des personnes qui ont vécu une enfance plus heureuse et plus sûre que d’autres. Toutefois, la plus grande majorité des personnes souffre de manques manifestes. L’une des conséquences de cette situation est la peur névrotique que tout le monde ressent à savoir la peur d’être abandonné. Cette peur est biologiquement fonctionnelle, parce qu’un individu est plus vulnérable qu’un groupe.

 

Puberté

Tout cela contribue à poser les fondements de notre comportement relationnel. La composante sexuelle s’y ajoute à la puberté. La forte envie de l’autre sexe, qui est préprogrammée dans le but de reproduire l’espèce, est combinée avec une envie aussi forte d’avoir un ami, quelqu’un en qui on peut faire confiance comme on aurait fait confiance à sa propre mère. L’amour qu’on ressent pour quelqu’un quand on est jeune est un mélange d’un désir irrésistible (enfin de compte) de rapports sexuels et le fort désir d’avoir quelqu’un qui s’occuperait de nous. Toutefois la peur et la colère peuvent surgir en même temps à chaque fois qu’on a l’impression qu’on est abandonné. Les jeunes, quel que soit leur sexe, cherchent quelqu’un à qui ils souhaitent s’attacher (comme un enfant). Le partenaire amoureux idéal est celui qui aspire à nous sexuellement et qui s’occupe bien de nous en même temps. Les deux partenaires recherchent cet idéal. Le problème c’est qu’on général on pense que l’autre ne répond à nos exigences sur ce plan. La jalousie se manifeste lorsque l’attachement entre deux personnes risque de se rompre.

 

Évolution

Du point de vue de l’évolution, on peut considérer la jalousie, avec toutes les émotions qui vont avec à savoir la peur et la colère, comme un comportement fonctionnel, ce qui fait durer une relation. Le maintien de la relation constitue même l’une des fonctions de la reproduction et de la vie de famille. La femme doit faire durer la relation pour être sûre d’avoir quelqu’un qui s’occupera d’elle et de ses enfants. L’homme doit faire durer la relation pour être sûr d’avoir quelqu’un qui s’occupera de lui, et pour être sûr que les enfants sont de lui. Après la naissance d’un enfant, ce comportement de sollicitude subit de grands changements à la fois chez l’homme et chez la femme. L’attachement et le désir continuent toutefois d’exister, et la jalousie se manifeste aussi à ce stade de vie.

 

Amour

Il y aurait eu plus de bonheur s’il y avait moins de jalousie. Dans le pire des cas, la jalousie mène à la violence et au meurtre ou suicide. Dans des cas moins extrêmes, des conflits, des dépressions ou des sentiments de vengeance peuvent se manifester. Même dans les cas où la jalousie paraît avoir un effet positif en faisant durer la relation, là aussi on assiste à une perte de liberté et d’amour. Les partenaires se tiennent prisonniers de leurs propres sentiments en faisant apparaître au monde extérieur un comportement adapté. Si on veut se débarrasser des restrictions de la nature, alors l’élimination de la jalousie en est une étape importante. Pour faire évoluer les choses il faut parvenir à changer radicalement la notion de famille biologique.

 

 

Share this page