différencesentregarçonsetfilles

Pourquoi les filles sont-elles plus vite sexuellement mûres –adultes- que les garçons? La réponse est que c’est justement ce point-là qui fait la différence entre les garçons et les filles! Les garçons et les filles ont une fonction différente de par leur nature.

 

Les filles peuvent faire des enfants et pas les garçons. Tout, dans ce que l’on appelle les différences sexuelles, est lié à cette différence essentielle. Le comportement masculin typique (avant et après la puberté) est différent du comportement féminin typique. La différence se remarque, comme on l’a dit précédemment, au niveau de l’apparence physique, de la charpente osseuse, des mouvements, de la puissance de la voix, des attitudes, de l’intérêt pour le sport, les jeux et les affaires intellectuelles, de l’activité cérébrale et de la production hormonale, du langage, des relations envers le père et la mère, du comportement en public, des vêtements, etc. L’entourage encourage la différence sexuelle en ayant des exigences différentes selon que l’on soit un garçon ou une fille, en imposant des normes différentes, en montrant son approbation ou sa désapprobation, en récompensant ou en punissant, en résumé, en préparant lentement et de façon optimale la voie vers la future grossesse de la jeune fille. En se plaçant du point de vue de l’évolution, ce comportement de l’entourage est compréhensible; en effet, c’est dans l’intérêt du groupe (de l’espèce humaine) que le plus possible d’individus se reproduisent, et il est logique que le ‘groupe’ investisse une grande énergie pour atteindre ce but.

 

Le monde extérieur et le monde intérieur

Le garçon reste enfant deux ans de plus que la fille. En tant qu’enfant, le garçon peut donc apprendre deux ans de plus. La jeune femme, après son premier accouchement, retourne en fait vers une période d’enfance car elle va se consacrer de façon intense à l’éveil et à l’éducation d’un petit enfant qui doit tout apprendre: une grande part de son comportement est au service de la communication qui s’établit envers le jeune enfant. Ceci est la cause des différences de langage entre les garçons et les filles, les hommes et les femmes. D’une façon générale, la fille, à un certain niveau de développement du langage ‘adulte’ (dans le sens de maturité sexuelle), se trouve dans une situation de stagnation plus rapidement que le garçon. Le garçon doit apprendre davantage car son travail et ses activités se dérouleront à l’extérieur. Les garçons s’exercent à toutes sortes d’aptitudes comme viser et jeter divers objets, sauter, courir, se faufiler; ils aiment chahuter, se concurrencer, faire des recherches, monter des groupes pour s’affronter à d’autres groupes, s’exercer à la violence et apprendre à se faire une place dans la hiérarchie d’un clan. Les filles affichent un comportement qui correspond au monde intérieur d’un foyer (cœur de la famille), de la préparation des repas et du soin aux enfants. Les différences dans le comportement ne concernent pas que l’apparence extérieure. Elles s’accompagnent aussi de sentiments, de sensations et de points de vue, et donc d’une certaine organisation des fonctions cérébrales. Le comportement se développe évidemment en étant tributaire du type d’entourage.

 

L’attirance sexuelle

A la puberté, l’attirance sexuelle augmente. L’objectif à atteindre, à savoir la relation sexuelle, est le facteur prédominant à cette période de la vie. Cet objectif se réalise grâce à un ensemble constitué d’apparence physique, de comportement, d’émotions, de pensées, d’influences de l’entourage, etc. qui va conduire à un rapprochement intime vers une autre personne, et ce, avec un résultat prévisible: la grossesse de la jeune fille. On doit essayer de bien comprendre ce phénomène. Gardons bien en tête que l’événement fondamental qui dépend complètement de la différence entre les deux sexes, c’est la reproduction (procréation); ceci veut dire la fusion de matériel génétique de deux individus afin de créer un nouvel individu.

 

L’objectif de la jeune fille

L’attirance de la fille en tant qu’objet de désir masculin est constituée par son apparence physique et par son comportement. Des seins fermes, des cheveux longs, une chair ferme, une voix douce, des lèvres roses et de grands yeux éveillent une impression de vulnérabilité et de fragilité. La force d’attirance de la jeune fille est tellement grande que les hommes de tout âge désirent avoir une relation sexuelle avec elle. Toutefois, son objectif est de choisir un seul amoureux parmi tous ces amoureux disponibles car elle aura besoin de protection et de sécurité lorsqu’elle sera enceinte et lorsqu’elle sera mère. Le choix de l’amoureux est influencé par l’entourage. Dans le cas où c’est aussi la jeune fille qui ‘sélectionne’, elle tient compte de la jeunesse et de l’apparence des candidats, mais aussi de leur crédibilité et de leur statut. Elle peut par exemple accepter un partenaire beaucoup plus âgé qu’elle à condition que ce dernier apporte suffisamment de sécurité et de valeur pour la descendance de la jeune femme. Selon les circonstances, la jeune fille tentera d’acquérir un peu d’expérience avec un ou plusieurs partenaires avant de trouver ‘le bon’, c’est-à-dire celui qu’elle estime comme étant le futur meilleur père pour son enfant.

 

L’objectif du garçon

L’objectif majeur de l’être masculin est de répandre le plus possible son matériel génétique. Cet objectif est programmé dans son patrimoine génétique; ceci a été durant l’incommensurabilité de notre histoire une condition fondamentale pour que l’espèce humaine puisse survivre. Les garçons sont donc plus facilement disponibles pour avoir une relation sexuelle et ils se font concurrence pour obtenir les faveurs des filles désirées (le désir est aussi stimulé par des signes de fertilité: les filles avec des seins développés sont d’une façon générale plus appréciées par les jeunes garçons que les filles sans poitrine).

 

Concurrence

La concurrence s’établit entre les garçons mûrs et les hommes. Les jeunes garçons qui eux aussi peuvent être amoureux ne comptent presque pas dans cette concurrence: souvent ils ne sont pas encore sexuellement mûrs (pas procréateurs) et la fille ne leur manifeste aucun intérêt car ils ne disposent pas des qualités nécessaires pour devenir le partenaire qui lui convient. Ceci est une vraie source de frustration et d’ambition chez tous les hommes.
Les garçons qui ont un an ou deux de plus que la fille ont le plus de chance de réussir. Une menace importante pour eux toutefois est celle que forment les garçons et les hommes plus âgés qu’eux-mêmes car ils ont plus de statut et de pouvoir. De ce fait, la fille (ou son entourage qui exerce une grande influence) risque d’opter plus facilement pour un tel homme, estimant qu’il est un candidat convenant mieux à la circonstance. Par conséquent, on peut conclure que pour les garçons, la possibilité d’accéder aux jeunes filles est également limitée.

Share this page