adn 

Nous sommes la descendance d’une très longue file d’ancêtres. A chaque génération (que nous avons estimé à une durée de vingt ans en moyenne) se transmet le patrimoine génétique des parents aux enfants, à chaque fois dans une mixtion légèrement variée de propriétés; ainsi, chaque individu naît légèrement différent des autres. De la sorte, l’humain a évolué à partir des primates/anthropoïdes qui eux-mêmes descendaient de mammifères plus petits lesquels découlaient d’organismes unicellulaires (voir Nos origines). Comment cela s’est-il passé?

 

Le cordon ADN

Notre patrimoine héréditaire est conservé dans des millions de molécules protéiques dans le noyau de chaque cellule. Ces molécules protéiques sont reliées entre elles et forment un long cordon en double hélice, morcelé, structuré, au coeur de la cellule. Ce cordon est connu sous le nom de ADN (acide désoxyribonucléique). Chaque humain a son propre ADN qui diffère très légèrement de l’ADN d’une autre personne. Néanmoins, l’ADN des êtres humains est similaire dans la mesure où nous pouvons nous reproduire les uns avec les autres, pour former ensemble une espèce. Toutes les espèces ont donc leur propre génome et chaque individu de cette espèce peut se reproduire avec tout autre individu de cette même espèce. En somme, si un ovule et un spermatozoïde fusent, il n’y aura pas de phénomène de rejet. Un être humain ne peut pas engendrer de descendant avec un cheval ou un chien. Un âne peut s’accoupler avec une jument donnant naissance à une mule mais qui, elle-même, sera stérile. Cheval et âne sont donc deux espèces différentes, même si elles sont avoisinantes: elles ont presque le même ADN.

 

Fonction de l’ADN

A partir de l’instant de la conception (lorsque les deux cellules de reproduction des parents se fondent en une), l’ADN détermine comment, dans l’utérus, nous prenons la forme humaine avec toutes les fonctions qui lui sont propres: de la circulation sanguine et système digestif aux caractéristiques génitales, de la forme de notre nez et la couleur de nos yeux à l’aptitude de pouvoir apprendre une langue. Comment est-ce possible que cette matière ADN confère à tous les êtres vivants leur forme différente?

L’ADN est donc un long cordon double (en hélice) de molécules. Le nombre de molécules détermine à peu près l’espèce: plus l’espèce animale est compliquée (sophistiquée), plus la chaîne ADN est longue. Il existe quatre différentes sortes de molécules indiquées par les lettres A (adénine), T (thymine), C (cytosine) et G (guanine). Ces dernières sont ordonnées de telle sorte sur la double spirale que A se retrouve toujours en face de T, et C toujours en face de G. Une spirale est donc l’image inverse de l’autre. Ceci est nécessaire lors de la division cellulaire. Le double cordon en hélice est composé de ‘morceaux’, l’un un peu plus long que l’autre, formé par une série de molécules ordonnées dans un ordre unique, par exemple: ACCTGAGGCTTCGGAACTTAACCGG. Un autre morceau, par contre, a une série de molécules classées différemment, par exemple, CCGGAACTTACCTGAGGCCTTCGG. La quantité de combinaisons possibles est incalculable.

 

Gène

Chaque morceau de l’ADN, pas plus grand qu’un cent millième de millimètre, contient donc ses propres spécificités. On appelle ceci un gène. On pourrait presque dire qu’il s’agit d’un mot de passe, d’un code émettant son propre message. Ainsi, tout comme le mot ‘belle’ transmet une autre information que le mot ‘pelle’, et bien tel gène transmet un autre message que tel autre gène. Le message, l’information génétique, est de nature chimique: une substance est émise, transférée dans un autre endroit, déclenchant là une certaine réaction, etc.
Un gène est donc l’infime unité de l’hérédité. Chaque gène dirige, avec d’autres gènes, un certain processus, par exemple la formation des globules rouges, la prédisposition à développer une maladie cardiaque, ou la couleur des cheveux. L’ensemble de tous les gènes dirige toutes les fonctions et structures de l’organisme humain.

Share this page