DEVANT APRÈS
DEVANT APRÈS

circoncision

La circoncision est une opération consistant en l’ablation complète ou partielle du prépuce, peau couvrant le gland du pénis. La ‘circoncision’ des filles consiste en l’ablation du clitoris.

 

Cette intervention est parfois médicale dans le cas des garçons qui souffrent du phimosis ou étroitesse du prépuce. Leur prépuce est tellement étroit qu’il ne peut pas se rétracter derrière le gland du pénis (le gland ne peut pas se décalotter). Parfois le prépuce peut se rétracter derrière le gland mais pas quand le pénis est en érection. De ce fait, les sujets concernés ne peuvent pas avoir de rapport sexuels (of seulement avec des douleurs, voir aussi la douleur lors des rapports sexuels). La cure du phimosis est un geste chirurgical simple, peu douloureux qui consiste en l’ablation du prépuce. Il n’y a personne qui à cette ‘circoncision’.

 

Clitoris et l’excitation sexuelle indésirable

La ‘circoncision’ des filles consiste en l’ablation du clitoris. Cette clitoridectomie était pratiqué autrefois dans les pays occidentaux surtout sur les filles et les femmes qui pensaient qu’elles étaient des nymphomanes (elles pensaient qu’elles faisaient trop de sexe). Cette forme de circoncision est de nos jours condamnée parce qu’elle ne repose sur aucun argument médical. La nymphomanie n’est plus considérée comme une maladie et elle est expliquée par d’autres raisons, du moins dans le monde occidental. L’idée que le clitoris est une source d’excitation sexuelle indésirable continue encore à exister dans le monde.

 

Circoncision en tant que rituel religieux

La circoncision dont on parle souvent est un rituel religieux chez les juifs et les musulmans. Les garçons sont circoncis quand ils sont encore très jeunes lors d’une cérémonie célébrée généralement par toute la famille. L’acte de circoncision consiste en l’ablation partielle du prépuce pour symboliser ainsi le passage à l’âge adulte et l’appartenance religieuse. Le mot ‘circoncire’ vient du latin ecclésiastique signifiant ‘couper autour’. Cela fait penser directement à la circoncision des garçons, parce que leur circoncision consiste en l’ablation partielle du prépuce (la peau qui entoure le gland).

 

Circoncision des filles

De nos jours, la circoncision des filles est considérée généralement comme une ‘mutilation génitale’. Cela montre que l’opinion générale condamne fortement cette forme de circoncision, beaucoup plus que la circoncision des garçons. Cela s’explique par différentes raisons:

  • la circoncision des filles est souvent plus que l’ablation partielle du prépuce (le clitoris a lui aussi un prépuce), mais elle s’accompagne dans la plupart des cas par un endommagement du clitoris.
  • souvent c’est tout le clitoris visible qui est coupé et parfois le vagin est, lui aussi, cousu, on ne laisse qu’une petite ouverture pour l’écoulement des règles. Dans la première nuit de noce, l’homme doit ‘dépucele’ la mariée, ce qui s’avère être une tâche douloureuse et souvent impossible à accomplir. La circoncision des filles est donc une forme beaucoup plus claire de la maltraitance sexuelle et de l’oppression du désir sexuel chez les filles par rapports aux garçons.

Un exemple d’infibulation: c’est la suture d’une grande partie de la vulve ne laissant qu’une petite partie pour que l’urine et les règles puissent s’écouler

 

Ceci ne voudrait pas dire que le désir sexuel et la possibilité d’avoir un orgasme disparaissent à cause de l’ablation du clitoris, ils ne sont que lourdement oppressés, chargés d’idées négatives et associées à la douleur et à la souffrance et ils enferment la femme plus que l’homme dans l’ordre sexuel.

 

Oppression

Il ne faut pas conclure rapidement de cette inégalité que les filles et les femmes sont oppressées ‘par les hommes’. Les habitudes culturelles comme la circoncision causent beaucoup plus de souffrances chez les filles, au même degré que la grossesse et l’accouchement. Mais ces habitudes sont maintenues par les deux sexes, et plus par les femmes que par les hommes. Ce sont les femmes âgées qui circoncisent les jeunes filles, et ce sont elles aussi qui renforcent chez les jeunes filles leur désir de maternité et d’acceptation sociale même si cela doit s’accompagner de douleur et de souffrance.

 

La circoncision et le système sexuel

Il y a un point commun entre la circoncision des filles et des garçons. La circoncision constitue pour les deux une initiation au système sexuel. Cela veut dire que chacun d’eux appartient désormais à la catégorie mâle ou femelle. L’aspect masculin du garçon est mis en évidence par l’ablation du prépuce qui est considéré comme étant féminin. L’aspect féminin de la fille est mis en évidence par l’ablation du clitoris qui est considéré comme masculin. La distinction sexuelle est nécessaire pour la reproduction. La circoncision exprime le fait que la sexualité est associée à la douleur et que le désir sexuel doit être limité au nécessaire à savoir la reproduction. La circoncision est la manifestation du lien logique entre la grossesse, le mariage, l’accouchement et la vie de famille. C’est la femme qui y assume le rôle principal, un rôle qui rime avec soins, souffrances, manque de satisfaction sexuelle, manque de liberté pour s’épanouir socialement comme l’homme.

Share this page