Lespersonnesâgées

Pourquoi parle-t-on de la vieillesse? On préfèrerait ne pas en parler, mais c’est inévitable. Le cours naturel de la vie passe par la petite enfance, la puberté, l’âge adulte et la vieillesse; c’est un cours habituel, évident et ‘naturel’. Ces tranches de vie présentées par catégories ne sont pas forcément correctes scientifiquement parlant, au contraire on pourrait même beaucoup contre argumenter.

 

Le système sexuel

Les phases de la vie, telles que nous venons de les énumérer, découlent du système sexuel, c’est-à-dire de la capacité à procréer. En se basant sur cette approche, on considère que les enfants sont des personnes qui ne se reproduisent pas encore, les adultes sont des personnes qui se reproduisent, et les personnes âgées sont des personnes qui ne se reproduisent plus.
La reproduction n’est pas la même chose que la sexualité mais parce qu’à l’origine ces deux choses sont étroitement liées, beaucoup de gens croient que les enfants n’ont pas d’activité sexuelle, que les jeunes ne pratiquent pas encore la sexualité, que les adultes ont forcément une activité sexuelle et que les personnes âgées n’ont plus d’activité sexuelle. Cette idée est déformée et ne correspond pas à la réalité, mais elle a beaucoup d’impact. C’est pour cette raison que la division traditionnelle de la population en tranches d’âge est dérangeante. Elle provoque de nombreuses formes de discrimination. On connaît les termes comme racisme et sexisme et on y ajoute actuellement le mot ‘agisme’.

 

Ménopause

Quand est-ce que la vieillesse commence? Depuis toujours, pour les femmes, on considère que la vieillesse commence lorsque les règles (menstrues) se terminent. Cet arrêt des règles s’appelle la ménopause.
L’âge auquel la ménopause commence varie entre quarante cinq et cinquante ans, parfois c’est plus tôt, parfois un peu plus tard. La production d’ovules (ovulation) est altérée, et la femme ne peut plus avoir d’enfants. Les premiers signes se reconnaissent à l’irrégularité des règles et à des pertes de sang beaucoup plus faibles ou au contraire plus prolongées et plus abondantes. Après quelque temps, les cycles menstruels s’arrêtent complètement; selon les individus, cette période de transition peut durer plus d’un an.

 

Les troubles de la ménopause

Les causes de la ménopause sont la diminution de la production d’hormone féminine appelée œstrogène, et l’augmentation de l’hormone masculine appelée testostérone. De nombreux troubles s’expliquent par ce phénomène, à savoir la chevelure moins abondante, la décalcification des os, la croissance de poils sur le visage, l’assèchement et la sensibilité accrue des parois vaginales, l’apparition de violentes bouffées de chaleur, la prise de poids, l’incontinence. L’idée de vieillir et de ne plus être attirante sexuellement parlant, peut provoquer des crises de panique et déclencher une dépression.

 

Lutter contre le vieillissement

Grâce à la science moderne, il est possible de traiter les troubles de la ménopause à l’aide d’hormones œstrogène. Malheureusement, il s’est avéré que ce traitement hormonal a des effets secondaires indésirables, comme un risque augmenté de développer un cancer sur un des organes de l’appareil de reproduction (ovaires, utérus, col de l’utérus). Les femmes peuvent aussi ‘tromper’ la vieillesse par d’autres moyens, par exemple en se teignant les cheveux, en se maquillant, en ayant recours à la chirurgie esthétique, en ayant une vie saine, en faisant une activité physique et en passant de bons moments.
Le désir sexuel est présent; toutefois la lubrification du vagin et l’atteinte de l’orgasme demandent plus de temps. Néanmoins, même à un âge élevé, on peut encore ressentir du plaisir sexuel si on est en compagnie d’un(e) bon(ne) partenaire sexuel(le).

 

Moins attirantes

Vieillir a des avantages (comme savoir cerner la vie et savoir en profiter), mais elle a un inconvénient majeur, c’est d’être considérée comme moins attirante et de ne plus ‘compter’ dans la société. Ceci s’explique par le lien qui existe entre la sexualité et la reproduction. Si la femme ne peut plus avoir d’enfants, Madame Nature (si on peut s’exprimer ainsi) ne voit pas la raison de rendre la femme ménopausée attirante. De nombreuses femmes s’inclinent devant cette loi de la nature. Pire encore, elles la propagent et répandent l’idée et la norme que les femmes âgées ne font plus l’amour (ne doivent plus faire l’amour); elles imposent cette idée non seulement à elles-mêmes mais aussi au reste de la société.
La femme âgée se sent progressivement de moins en moins attirante, ce qui peut créer une situation grave dans la mesure où la personne souffre en silence.
Dans notre monde moderne ‘riche’, on devient, en moyenne, plus vieux qu’ailleurs; ceci est une idée appréciable; toutefois, ce serait encore plus appréciable si même à un âge avancé on faisait partie intégrante de la société, même en amour. Le fait que ceci ne soit pas le cas provient en toute évidence de l’impact qu’a le système sexuel. Ce dernier divise les gens en catégories capables ou non de reproduire. Depuis l’enfance, on conditionne les gens quant au rôle qu’ils vont jouer selon leur âge. Par ailleurs, la nature contribue aussi à ‘isoler’ la femme âgée à cause des changements hormonaux ou autres qu’elle subits. Ces changements sont plus présents chez les femmes que chez les hommes.
La ménopause représente donc un exemple typique d’une injustice ‘naturelle’ qui illustre les différences sexuelles. Heureusement que l’on dispose à notre époque de multiples trucs pour atténuer les traits caractéristiques de la déchéance physique. Toutefois, il reste beaucoup de progrès à faire ici et là.

 

Pénopause (ADAM: Androgen Decline of the Ageing Male)

Le mot pénopause est utilisé pour qualifier la période transitoire entre l’âge adulte et la vieillesse chez l’homme. Les hommes n’ont pas une phase de transition rigoureuse comme chez les femmes. L’âge mûr passé, on constate une diminution progressive de la testostérone. Cela se manifeste par certaines choses comme la baisse progressive, vers l’âge de 45 ans, du désir impératif d’atteindre à tout prix un orgasme; on a besoin de davantage de temps pour être sexuellement excité, on a besoin de davantage de gestes ou d’accessoires stimulateurs comme la bouche, la main, les accessoires érotiques ou la présence d’un nouveau partenaire sexuel. Le pénis peut avoir des problèmes de rigidité; l’homme a besoin de plus de temps pour éveiller à nouveau et satisfaire un désir sexuel.

 

Les hommes restent jeunes plus longtemps

Cependant, tous ces phénomènes sont fortement dépendants de la stimulation provoquée par la situation sexuelle. Etant donné que la production de spermatozoïdes se maintient (même si elle est moindre), les hommes gardent jusqu’à un âge avancé le désir d’avoir de nouvelles expériences sexuelles. Contrairement aux femmes, ils continuent beaucoup plus longtemps à chercher des partenaires pour leur sexualité et vont plus longtemps à la recherche de nouvelles expériences en matière de sexualité. Ainsi, ils fréquentent davantage le monde de la prostitution, de la pornographie, et affichent beaucoup plus un comportement à risques.
Leur jeunesse prolongée s’exprime aussi par le biais de la créativité, au niveau de la science, de la technique, de la philosophie, de l’art et du sport.

 

La crise de l’âge mûr

Les hommes aussi commencent vers 45 ans à se sentir vieux car ils se rendent compte qu’ils stagnent au niveau de l’amour et au niveau de leur carrière. L’idée qu’ils perdent de leur vitalité, que les filles commencent à les trouver vieux (à l’exception de ceux qui sont riches ou connus), les rend de temps en temps dépressifs. On parle ici d’une crise de l’âge mûre. Si, à cette période là, ils rencontrent une femme plus jeune qui les flatte et les encourage, leur volonté d’acquérir et de garder ce bonheur est tellement grande qu’ils sont prêts à tout et capables de tout pour y répondre. Ils manifestent le même comportement qu’ils avaient lorsqu’ils étaient jeunes hommes et se laissent ‘attraper’. Dans un premier temps, ils essayent de garder cette relation parallèlement à leur vie d’homme marié, mais en général cela échoue. La découverte de cette relation par l’épouse qui se sent trahie ou la pression venant de la ‘copine’ qui veut savoir où elle en est, provoquent un sentiment fort de culpabilité pouvant se traduire par un mutisme, une colère ou un autre comportement désagréable. A un certain moment, le ‘choix’ est fait entre à la copine ou divorcer de son épouse. Cette problématique fait partie des ingrédients constants que l’on retrouve dans la culture, les livres, les films, la psychologie et les livres-conseils sur les relations.

 

Les problèmes sexuels de l’homme

Les problèmes sexuels typiques de l’homme vieillissant sont les troubles de l’érection et l’éjaculation retardée. Ces derniers sont liés la plupart du temps à l’activité sexuelle devenant beaucoup moins attirante parce qu’elle a lieu avec la même partenaire. L’homme est en manque du romantisme que procure une conquête nouvelle et aventureuse; dans ses pensées il désire une femme jeune. Comme l’a dit une fois Christian Barnard: ‘Cela ne me dérange pas d’être grand-père, mais ça me dérange d’aller au lit avec grand-mère’.
Depuis toujours, les hommes ont cherché à trouver toutes sortes de moyens pour augmenter leurs performances physiques. Pour un homme, une bonne érection est une raison d’être très satisfait, même s’il y a à côté des choses qui vont moins bien. Ne pas pouvoir jouir donne une impression d’échec et de pertes. La sexologie dispose actuellement de médicaments qui peuvent aider à augmenter les performances de l’homme au lit, mais il s’avère que ces moyens n’aident pas si le désir sexuel n’est pas présent.

 

Les problèmes sexuels de la femme

Les problèmes d’ordre sexuel typiques de la femme vieillissante sont les douleurs lors du coït et le manque de libido. Les deux peuvent être la conséquence de la ménopause. La paroi vaginale est plus mince, moins vite lubrifiée; elle est donc plus sensible aux mouvements bruts. Le manque de libido n’est pas vraiment typique de la femme vieillissante. C’est un phénomène qui se manifeste plus souvent chez les femmes que chez les hommes car chez les femmes, le sexe doit ‘conduire’ à un objectif, par exemple avoir un enfant. Si cette motivation disparaît, l’objectif du sexe ainsi que l’envie d’avoir un rapport sexuel perdent leur attrait. En outre, les femmes, tout comme les hommes, ont aussi le désir d’avoir une relation amoureuse et romantique avec une personne plus jeune. Mais concrétiser ce désir s’avère dans la pratique beaucoup plus difficile pour les femmes que pour les hommes.

Share this page