lafamille

La famille est en premier lieu une unité biologique composée d’une mère, d’un ou plusieurs enfants et d’un père à quelque distance. La mère s’occupe des enfants, le père l’aide souvent et protège sa famille des dangers extérieurs.

 

Base biologique correcte

L’être humain a toujours vécu en groupes qui sont devenus plus grands et plus complexes au fil du temps et se sont finalement évoluer en sociétés dans leur forme actuelle. La base biologique de toute société est toutefois restée la même: La famille. Les enfants grandissent en famille et veulent à leur tour fonder une famille. La société est au fait une multitude de familles dont chacune se compose d’une femme, d’un enfant et d’un homme, entourés de grands-parents et d’autres proches. L’existence de la famille est liée à la reproduction. La famille constitue la base de la société et ne peut être considérée sans sa fonction biologique, la différence sexuelle et la régularisation du désir sexuel.

 

Améliorations

La famille a subi durant le siècle dernier un certain nombre de changements et d’améliorations qui jouissent actuellement d’une popularité considérable. Cependant, cette popularité est basée en grande partie sur des apparences. Il y a une énorme propagande pour la famille moderne avec ‘des enfants désirés’. Les médias et au fait toute la culture sont imprégnés par le naturel et la bonté fondamentales de la famille. On doit se poser la question si la famille est vraiment bonne comme on prétend qu’elle est:

  • La reproduction et la vie de famille sont considérées comme des droits humains, mais il est peut-être temps de reconsidérer ces droits. Il y a des parents qui transfèrent de mauvais gènes à leurs enfants. Ces derniers mènent par conséquent une vie parfois courte et misérable dans de conditions graves et malheureuses. La plupart de ces enfants reçoivent par conséquent une mauvaise éducation, meurent prématurément, ou doivent affronter des handicaps toute leur vie.
  • L’existence de la famille conduit à de grandes injustices sociales. Les riches comme les pauvres pensent presque toujours d’abord à leur propre famille, les autres sont secondaires. Ceci explique en grande partie les injustices sociales, les inégalités dans les revenus et les propriétés, dans l’enseignement, la santé public et le logement.
  • La famille est aussi à l’origine de beaucoup de défaillances physiologiques. Les gens passent en général une grande partie de leur vie très sensible au sein de la famille qu’ils n’ont pas choisi. Et c’est là qu’ils apprennent pendant leur enfance les règles de base des comportements sociaux et émotionnels, des comportements qui détermineront toute leur vie. Ces règles incluent les croyances religieuses, politiques et autres, qui mènent à diverses idéologies politiques. L’obéissance, la peur des sanctions, l’aspiration au pouvoir, l’aversion envers l’autre, etc. Voilà ce que la plupart des gens apprennent dans leur éducation et dont ils n’est pas facile de s’en débarrasser plus tard. Les gens n’apprennent pas des choses uniquement de leurs parents, frères et sœurs, mais aussi des autres proches de la famille, des amis, à l’école. Ces influences proviennent toutefois indirectement en grande partie de la vie de famille des autres. Il y a alors à chaque époque des idées prédominantes, qui au fait sont fausses mais qui se perpétuent malgré tout du fait qu’elles sont transmises de père en fils.

La grande question qui se pose lorsqu’il s’agit de critiquer la famille est: Peut-on faire les choses autrement? En d’autres termes, y a-t-il d’autres façons d’éduquer les enfants correctement sans leur porter des dommages psychologiques? Ces questions restent toujours sans réponses.

 

Pour en savoir plus?
fr.wikipedia.org/wiki/Sociologie_de_la_famille

Share this page