pornographie

Pornographie signifie la représentation (par écrit, dessins, peintures, photos) de choses obscènes destinées à être communiquées au public (porné vient du grec et signifie ‘ prostituée’). À proprement dit, la pornographie n’existe que dans la tête des gens et dans les règles et habitudes sociales, telle la loi éthique qui pénalise certaines formes de pornographie parce qu’elle les considère comme étant scandaleuse vis-à-vis de la pudeur.

 

Pornographie, les opinions

Les opinions sur la signification de la pornographie sont diverses: Pour certains un visage découvert ou une publicité de lingerie est considéré comme une forme de pornographie. Une opinion moins sévère sur la pornographie est que tout peut être représenté à condition de ne pas y mêler les enfants et les animaux.
Les milliers de magazines et de films pornographiques qui sont faits annuellement servent de moyen de masturbation mais ils représentent en même temps une représentation de ce que le ‘sexe’ signifie dans la vie quotidienne: des rapports sexuels accompagnés de manœuvres qui précèdent l’acte ou qui en résultent, comme la satisfaction sexuelle réalisée avec la main, la bouche ou autres parties du corps.

 

Pornographie et les films pornos

Les films pornos représentent l’expérience du désir sexuel comme une occupation démesurée ayant l’orgasme comme but. Ceci limite toute une vie pour un moment à ce qui se joue dans une courte durée dans d’innombrables endroits intimes lorsque les gens se donnent, seuls ou en compagnie, au sexe, aussi ceux qui sont chargés dans leur quotidien du dépistage de la pornographie. Les personnes représentées dans les films pornos sont plus attirantes que la moyenne mais pour le reste il y a peu de différence avec le commun des mortels. À l’inverse des vrais films, des romans ou des pièces de théâtre, le spectateur est en principe capable de faire la même chose que l’acteur. Ce qui se passe dans un film porno est dépourvu de la surprise des choses particulières, de la douleur et de la peur, de la confrontation intellectuelle avec le monde, chose qui caractérise bien le vrai art. Ce manque est aussi présent dans la musique, qui ne vise aucun aspect dramatique ou originalité.

 

Pornographie, excitation et écœurement

Le tout nous montre le côté extérieur du sexe, la mécanique des manœuvres, l’expression du visage et les sons, les soupirs et les gémissements dus à la jouissance, à l’orgasme et à l’éjaculation.
Le spectateur, qui est préparé à vivre le désir sexuel et qui utilise les films pornos comme un moyen, ressent de l’excitation et satisfait lui-même. Au lieu de l’excitation, le spectateur peut ressentir de la colère ou de l’écœurement, ou une attitude plus réaliste. La réaction du spectateur dépend de plusieurs facteurs: le moment, la présence ou non de la compagnie, le but, l’expérience, etc. L’inspecteur de police qui doit passer toute la journée à examiner du matériel pornographique afin y détecter des éléments délictueux ne va plus être aussi excité des images que lorsqu’il avait utilisé autrefois en privé sa première représentation pornographique comme moyen pour se masturber. Une fille de 15 ans qui est élevée religieusement peut –même si elle pratique elle-même la masturbation- être écœurée par les images explicites de la fellation (sexe oral, sucer), alors que le souvenir de ces mêmes images peuvent constituer pour elle plus tard une source d’excitation érotique.

 

Pornographie, représentation de la sexualité humaine

Il est clair que l’être humain à une gamme variée de désirs sexuels et de fantasmes que toutes les autres créatures. La pornographie nous fournit une image assez complète de ce que les savants appellent ‘la sexualité humaine’. Masturbationbaisersexe oralsexe anal, sexe en groupe, rapports sexuels homosexuels et pédophilessexe avec les animauxSM (sadomasochisme), exhibitionnismevoyeurisme, bref toute la série de paraphilie (qui désigne toute conduite sexuelle déviante par rapport au monopole d’une hétérosexualité inévitablement puritaine) à travers laquelle l’instinct sexuel humain peut s’exprimer. La capacité humaine à vivre le désir sexuel est née au cours de l’évolution humaine et elle est étroitement liée à notre développement sur d’autres terrains, comme le fait de marcher debout, d’avoir un cerveau plus grand, la langue et la culture.

 

Culture

Ceci constitue une image dominante au sein de la ‘ culture’. Dès le début de la révolution sexuelle il y avait une grande réticence vis-à-vis des changements concernant la contraception, l’avortement, le sexe en dehors du mariage et aussi vis-à-vis de la représentation et de la description des manœuvres sexuelles.
On assiste de nos jours à la même réticence vis-à-vis de la pornographie avec des mineurs. Le discours dominant, les informations et les histoires dans les médias, les mesures légales, les découvertes policières, l’indignation, les protestations, les discours des chefs d’États, l’appel à la coopération internationale pour la lutte contre le Mal, la peur de l’ordinateur et de la liberté, sont beaucoup plus dangereux que la plupart des auteurs de la ‘pornographie des mineurs’, une notion qui doit être mise entre guillemets, parce que cette notion englobe peu à peu toutes sortes de choses. L’ambiance d’irrationalisme, de sensationnalisme en d’intimidation qui dominent de nos jours le sujet des mineurs et du sexe est un aspect du regain de vie du conservatisme qu’on constate dans beaucoup d’autres aspects de la vie quotidienne.

Share this page