sexeetlangue

L’une des facultés considérée comme essentiellement humaine est la langue. Toute la culture, l’enseignement, la philosophie, la communication, bref, tout ce qui est associé à l’« esprit » humain tourne autour de la pensée et de la langue.

 

Langue comme dernier argument

La langue semble être le dernier argument pour voir les gens comme des êtres « spirituels » à part. Cependant, depuis 100 ans, cette idée est devenue peu à peu intenable, particulièrement à cause de ce qu’on a découvert en étudiant le comportement des autres animaux (autrefois le mot « autres » n’aurait pas été utilisé ici). L’idée que les animaux n’ont que des « instincts » et que l’homme a aussi un « esprit » qui est considéré comme supérieur, a joué un grand rôle dans l’éducation, la morale, le droit pénal, etc. Au fait c’est toujours le cas. Aux universités et aux Grandes Écoles, on apprend encore que l’être humain a un corps et un esprit. La langue y est considérée comme un produit de l’« esprit ». La langue est supposée être unique à l’être humain et elle est reliée au conscient et à la libre volonté.

 

D’autres animaux apprennent aussi la langue

Mais il y a aussi d’autres animaux qui semblent capables d’apprendre la langue, à condition que cela soit d’un niveau simple. Il semble de plus en plus clair que les enfants sont capables parfois d’apprendre la langue de leurs éducateurs. La langue ce n’est pas quelque chose de fixe, l’être humain non plus. Tout a connu des développements tout au long de l’évolution. C’est pourquoi il n’a jamais eu question de perfection. Nos langues proviennent des langues anciennes, qui remontent jusqu’à 10 000 ans. Avant cette époque-là, il a dû y avoir une longue période de développement associée à l’Homo Sapiens d’il y a un million d’années.

 

Signaux de communication

Les gestes et les sons comme signaux de communication pour avertir, indiquer le rang et le pouvoir, flatter, insulter et punir représentent l’essentiel de notre utilisation quotidienne de la langue. Pour vraiment comprendre la langue, il est important de commencer par de telles fonctions élémentaires et ne pas se limiter au petit pourcentage minuscule de l’utilisation objective de la langue (qui a représenté d’ailleurs un grand saut pour l’espèce humaine et explique en partie notre succès évolutionnaire)
Le développement de la langue présente de grandes différences d’un individu à un autre, comme conséquence des circonstances de vie pendant l’enfance. Les enfants qui grandissent dans un entourage dont le langage est pauvre souffrent souvent d’un retard linguistique.

 

La pensée et la langue

La langue a une grande influence sur la pensée. Cela voudrait dire que nos opinions sur le monde qui nous entoure sont relatives. L’idée d’un esprit absolu qui s’adresse à l’être humain avec des vérités absolues sur comment le monde est fait, sur ce qui est caché derrière les phénomènes, sur ce qui est bien ou mal, etc. est devenu intenable. D’un autre côté, la langue est le seul instrument pour annoncer des thèses objectives, pour formuler des théories sur le monde qui nous entoure. Toutefois, la plus grande partie de notre utilisation quotidienne nous permet de subvenir à nos besoins de survie.

 

Langue sexuelle

La langue est sexuelle au sens que le genre joue un rôle systématique dans la grammaire (le système de règles qui sert à former les mots et les phrases) et la sémantique (le système des règles qui détermine le sens des mots et des phrases). Les langues parlées se différencient alors au niveau du degré de l’expression du genre. Dans la plupart des langues, comme le français, les noms, les adjectifs, les pronoms, et les verbes montrent une distinction souvent systématique du « genre » entre le masculin et le féminin. L’évidence du genre a été bâtie dans la langue depuis ses débuts et elle est apprise et confirmée quotidiennement dans la communication humaine.

 

Distinction du genre dans la langue

La distinction du genre a lieu via les prénoms (Pierre, Sophie), les pronoms (il, elle), les terminaisons, les adjectifs, etc. Le genre féminin et masculin est très important en français car il détermine beaucoup le contenu et la forme de la phrase.
En outre, il y a d’autres mots qui déterminent le genre : homme/femme, fils/fille, cousin/cousine, frère/sœur, oncle/tante, père/mère, etc. Ces mots sont en rapport direct avec les relations familiales. Ainsi, avec la langue, les enfants apprennent à intérioriser la structure de la famille, qui détermine la vie personnelle et publique et constitue la base sexuelle de la société.

 

Tabou et langue

La langue qui touche au sexe au sens étroit, aux désirs sexuels, aux fantaisies, aux organes sexuels et leurs fonctions, etc. revêt un caractère de tabou. Chacun sait que les mots « sales » existent, mais leur utilisation est liée à certaines conditions restrictives. Dans la vie quotidienne, le sexe dans la langue est d’habitude caché de même que les organes sexuels dans des vêtements, même quand cela n’est pas nécessaire (comme sur une plage en plein été par exemple). Beaucoup de mots sexuels ont un effet immédiat et puissant et évoquent des émotions fortes. Pensez aux mots comme incesteviolpédophilie, abus sexuel, pornographie des mineurs, etc. Peu de personnes peuvent parler de ces sujets de la même façon raisonnable qu’ils parlent des repas, des boissons ou même de la guerre. Autrefois, c’était le même cas des mots tels homosexualitémasturbationcontraceptionavortement, contrôle des naissances, mais ces mots sont devenus dans la plupart des sociétés occidentales plus ou moins normaux.

 

Corps et esprit

Il y a encore un autre aspect de la langue qui est en rapport au sexe, à savoir la distinction entre le « corps » et l’« esprit ». L’esprit est donc associé à la langue, tandis que le sexe est considéré comme physique. La distinction entre le corps et l’esprit repose sur un vieux malentendu. En général, les gens considèrent « faire l’amour » comme une activité physique et la parole comme une activité spirituelle, mais cela n’a pas de sens. La parole implique la pensée mais aussi le cerveau et la langue, et le sexe fait appel non seulement aux organes génitaux mais aussi à l’imagination et aux sentiments.

 

Aspect mythique de la langue

La langue a aussi un aspect qu’on peut caractériser de « mythique ». Les histoires qui sont racontées (oralement ou par écrit, à la télé, sur Internet, etc.) sont presque toujours bien assorties des grandes histoires, qui sont à leur tour basées sur les idées concernant le fonctionnement du monde et sur le bien et le mal. Ces histoires peuvent, dans la plupart des cas, être placées dans le cadre du système sexuel. De Homère, Sophocle et la Bible aux grands romans et Sagas télévisés de notre temps, il ne s’agit que de relations familiales, de conflits entre les membres de la famille, de dangers qui menacent les liens familiaux, de problèmes quant au choix du partenaire, de craintes sexuelles, de jalousie, de grossesse, etc. La famille est, pour ainsi dire, le mythe universel, le thème qui engendre d’innombrables variétés. L’ordre sexuel est maintenu à l’aide de cette mythologie. Puisque aucun système n’est fermé, la mythologie crée aussi des possibilités pour justement casser cet ordre

Share this page