thérapiessexuelles 

Quelqu’un qui a mal aux dents, il va évidemment voir un dentiste mais quelqu’un qui a un problème sexuel ne va pas évidemment voir un sexologue. Tout d’abord, il n’y a presque pas de sexologues qui sont accessibles facilement. La consultation d’un médecin de famille n’est pas non plus facile. Ensuite, on ne parle pas facilement sur les difficultés sexuelles. Nous sommes habitués dés notre jeune âge à associer le sexe aux problèmes et aux tabous.Souvent, on découvre après un certain temps dans une relation ou un mariage qu’il y a des problèmes. Peut-être que le phénomène a été déjà connu mais on a pensé qu’il n’était pas tellement grave. Mais peu à peu il devient de plus en plus évident que les ces problèmes doivent être pris en charge. Il y a pour cela de bonnes raisons, par exemples:

 

Dysfonctionnement sexuel

Elle souffre du vaginisme, et lui des troubles de l’érection et ils ont eu l’habitude d’avoir des rapports sexuels sans pénétration. Mais maintenant elle veut tomber enceinte. Il éjacule trop vite et elle, elle ne jouit pas. Au début, ils n’ont pas trouvé cela très grave mais maintenant ils veulent quand même y trouver une solution. Les rapports sexuels sont douloureux pour l’un des deux ou les deux. Ils ont pensé que les problèmes allaient disparaître de soi mais cela n’a pas été le cas.
Il s’agit ici des cas fréquents du dysfonctionnement sexuel qui peuvent être soignés à l’aide de la thérapie sexuelle quand les causes sont dues, comme c’est souvent le cas, à des comportements maladroits. Il s’agit là d’une courte thérapie (environ 7 séances) durant laquelle le couple peut exposer le problème, reçoit les conseils, les informations et les explications nécessaires et des exercices à faire à la maison (le couple doit en faire le rapport par la suite). Le but est atteint si le problème disparaît ou si le couple est capable de résoudre lui-même les problèmes si ceux-ci resurgissent. Parfois le problème nécessite un traitement médical, le couple est alors orienté vers un spécialiste.

 

L’approche la plus fréquente en thérapie sexuelle:

  • déterminer clairement le problème et le moment de son apparition;
  • donner des explications, parfois à l’aide d’images, sur la formation et le fonctionnement des organes sexuels
    Le couple doit apprendre à renoncer au comportement sexuel habituel, cela veut dire souvent que le couple ne doit pas avoir de rapports sexuels avec pénétration;
  • lapprendre à se détendre ensemble, à se caresser, à oublier le sentiment d’obligation;
  • exercices ciblés, dans le cas du vaginisme cela implique la connaissance de son propre vagin, y faire pénétrer de très petits objets et ensuite de plus grands et les y laisser dedans, se toucher, apprendre à connaître le pénis, apprendre à le faire pénétrer dans le vagin. Dans le cas de l’éjaculation précoce, apprendre à s’arrêter avant que l’éjaculation devienne inévitable. Apprendre à associer le désir à la détente, utiliser la technique de la stimulation du pénis, exercer les muscles du plancher pelvien, augmenter progressivement la durée de la pénétration. Dans le cas des troubles de l’érection, il faut essayer d’améliorer la communication, de se détendre, d’avoir du plaisir lors des rapports sexuels. Les médicaments qui stimulent l’érection peuvent y contribuer.

 

Pour en savoir plus?
www.psychologies.com

Share this page