pasenviedefairel’amour 

Plusieurs causes sont à l’origine de ce manque d’envie.

 

Le refus du sexe

Depuis leur jeunesse, les femmes n’ont pas été habituées à rechercher activement leur plaisir sexuel. Il est assez normal, pour une fille, d’éconduire les garçons. Dès l’âge de 12, 13 ans, elles savent que les garçons (de tout âge, donc aussi les très vieux), les regardent avec désir. D’un côté, elles trouvent cela bien excitant, mais de l’autre côté, également gênant ou même angoissant. C’est pour cela qu’elles s’en tiennent, le plus souvent, à un seul amant. Ceci pour se protéger des autres, mais aussi pour fonder une famille. Une fois ceci devenu réalité, elles se découvrent souvent des envies sexuelles plus profondes que celles qu’elles avaient connues, ou à lesquelles elles s’étaient habituées jusqu’à présent. Mais comme, pendant des années, les choses du sexe n’étaient pas si importantes pour elles, elles ont du mal à changer d’optique d’un jour à l’autre. Afin de se convertir à une attitude plus active, et plus revendicative envers le plaisir sexuel, la femme aura à passer par un processus d’apprentissage, seule, ou avec son partenaire, avec ou sans l’aide d’un thérapeute.

 

Manque de testostérones 

La moindre recherche active de plaisir sexuel de la part de la femme, à la différence des hommes, est un phénomène banal, qui se manifeste déjà dès le plus jeune âge. L’une des différences les plus caractéristiques entre filles et garçons est que ces derniers disposent d’une plus grande quantité d’hormones appelées testostérones. Les filles, au contraire, ont plus d’hormones appelées œstrogènes, et progestérones, qui interviennent lors de la gestation. Pour se retrouver enceinte, une fille n’a pas vraiment besoin d’éprouver du désir sexuel.
En résumé, la cause du manque de désir peut se résumer en un déficit d’hormones dits masculins, ce qui peut d’ailleurs aussi se manifester chez les hommes. L’administration de cette hormone peut alors aider à augmenter le désir sexuel.

 

Sexe et santé

L’état de santé joue un rôle primordial : maladies, handicaps, douleurs, états de déprime ou d’infériorité, la colère, la rancune, etc., n’aident en général pas à augmenter le désir sexuel. Certains médicaments prescrits dans le cadre de maladies ou de problèmes particuliers, ne sont pas non plus de nature à promouvoir l’envie sexuelle, aussi appelée ‘la libido’. Ceci peut même être le cas concernant la pilule (contraceptive). Bref, une santé défaillante, des prises médicamenteuses peuvent avoir des répercussions négatives sur la libido.

 

Expériences sexuelles négatives

Certaines expériences sexuelles peuvent entraîner le dégoût. Au fond, on a bien envie, mais l’aversion est plus grande. Un moyen de contraception non fiable peut déjà jouer un rôle négatif. La honte de son propre corps, une aversion pour son partenaire, des craintes concernant les mst, la peur d’avoir mal constituent des freins fréquents. Il n’est pas sûr que des expériences négatives vécues en enfance, comme les abus, l’inceste ou le viol (toujours cités en sexologie) puissent y jouer un rôle. En effet, ces ‘explications sont souvent avancées (y compris par les intéressés eux-mêmes), afin d’éluder d’autres raisons possibles. Ainsi, les problèmes subsistent.

 

Les moyens stimulants

Beaucoup de gens n’ont ni le temps, ni l’envie de se pencher sur les causes de leur manque de désir. Ils cherchent simplement un moyen de l’augmenter. Le remède miracle n’existe hélas ! simplement pas. Il y a naturellement beaucoup de manières d’augmenter son désir sexuel, et quand les gens se font la cour, ils ne s’y prennent pas de mille façons. Cela suppose déjà un rasage de près, un parfum adéquat, des fringues à la mode, un comportement plaisant, un apéro et une bonne bouffe en lumière tamisée avec de la musique douce, des cadeaux, des fleurs et de la lingerie excitante, etc. Le problème est que celui qui n’éprouve pas d’envie en général, n’y a pas envie non plus. Aucune boisson, ou pilule n’y portera remède.
Malgré cela, la médecine populaire propose depuis des millénaires des remèdes de bonne femme, qui d’un seul coup, augmenteraient la libido. Les sex-shops et des sociétés de v.p.c. en vendent aussi. Des remèdes souvent inefficaces, avec pour seul résultat, un gaspillage d’argent.

 

Les causes de la non-envie de sexe

La sexologie est ici incapable de garantir des résultats, car les entretiens et autres thérapies sont souvent sans effet sur le manque d’envie sexuelle : les véritables causes sont en effet ancrées dans notre mode de vie elle-même. La vie matrimoniale et familiale émoussent l’envie de faire l’amour et à un moment donné on se prend à rêver d’un nouvel amour romantique. Mais comme cela n’est pas facile à réaliser, (d’ailleurs on se l’interdit moralement) , on se retrouve en rade avec ses désirs vacants, ses frustrations et sa répulsion. Les thérapeutes, les fabricants d’expédients divers pourraient seulement alors sauver le couple, mais non satisfaire l’envie d’amour.

 

Voir aussi:
Stimulants > les vibrateurs

Share this page