infidélitésexuelleetmst

Les maladies sexuellement transmissibles (MST) c’est l’ensemble de maladies transmises lors des rapports sexuels avec un partenaire contaminé. Ces maladies peuvent être provoquées par des bactéries (gonorrhée…), des virus (sida), des champignons (candida albicans…) ou des parasites (chlamydiose…). Les mst se manifestent dans tous les pays du monde et sont souvent associées à l’infidélité sexuelle.

 

Rapports sexuels avec plusieurs personnes

Les histoires de sexe libre remontent à l’antiquité. Le sexe libre n’était pas vraiment considéré comme quelque chose de négatif. Parfois, il était même jugé positivement pour nous servir d’exemple, à nous, qui avons, en général, des difficultés lorsqu’on est attiré par une autre personne que notre partenaire. L’idée que tout le monde pourrait avoir des rapports sexuels avec tout le monde a été remise en avant lors de la révolution sexuelle. Plusieurs personnes à cette période-là ont voulu faire l’expérience de l’infidélité sexuelle mais la plupart d’entre elles n’ont pas pu supporter la situation. Ainsi, elles se sont senties coupables ou elles ont mis fin à la relation et ce parce que les partenaires n’ont pas pu supporter la situation d’infidélité, ou qu’ils sont devenues jaloux ou tout simplement parce que ces personnes-là ont préféré avoir un seul partenaire parce que de cette façon elles se sentaient plus en sécurité. Bref, il y avait plusieurs facteurs qui ont fait que les gens se soient détournés de l’infidélité et se soient limités à un seul partenaire même s’ils ont dû, de cette façon, se priver de la béatitude d’une nouvelle expérience romantique ou de la courte jouissance sexuelle avec un étranger.

 

Peur des mst

La dimension et la fréquence de l’infidélité sexuelle ne doit tout de même pas être surestimée. Il y a beaucoup de personnes qui ne se sentent pas suffisamment attirantes ou elles trouvent les autres personnes pas assez attirantes pour avoir avec elles une relation sexuelle. Alors, en plus de la réprobation sociale et des restrictions personnelles, il y a aussi le manque d’occasions appropriées pour faire des rencontres. La plupart des cas d’infidélités sexuelles ont lieu donc occasionnellement, dans la tête des gens ou en étant sous l’effet de l’alcool pendant les fêtes.
Dans les années 80, la peur des infections sexuellement transmissibles, surtout du sida, a renforcé le reniement social de l’infidélité sexuelle. Cette angoisse est irraisonnée.

 

Expérience de pensées

’infidélité sexuelle et les mst n’ont normalement rien de commun. On peut le prouver à l’aide de l’expérience suivante :
Prenez un couple fidèle : peut-on alors supposer que ce couple ne va pas attraper des mst ? Oui, mais à condition qu’aucun des deux n’ait été contaminé par une mst avant le mariage ou la relation ou qu’il n’ait pas été contaminé par un autre moyen (par exemple par une transfusion sanguine ou une injection).
Si ce couple répond à ces conditions, alors les deux partenaires peuvent avoir ensemble autant de rapports sexuels qu’ils souhaitent sans attraper une mst.
Prenez maintenant un autre couple qui satisfait aux mêmes conditions : les deux partenaires peuvent, eux aussi, avoir autant de rapports sexuels qu’ils souhaitent sans attraper une mst.
On met ensuite ces deux couples ensemble. On est obligé d’admettre que ces quatre personnes peuvent avoir autant de rapports sexuels qu’ils veulent sans attraper de mst.
Et si on y rajoute d’autres couples semblables. On pourrait mettre cent couples ensemble qui peuvent avoir autant de rapports sexuels qu’ils souhaitent sans attraper de mst. Chacun pourrait alors avoir 199 partenaires!

 

Rapport sexuels sans protection 

Pourquoi associe-t-on l’infidélité sexuelle aux mst ? Ce n’est pas seulement les personnes superstitieuses peu scolarisées qui le font mais aussi les médecins, les pasteurs, les informateurs et les journalistes. La raison principale est, sans doute, le fait qu’on soit contre l’infidélité sexuelle. L’argument principal qu’on utilise est que la plupart des rapports sexuels dans le monde ne s’effectuent pas en sécurité parce que les gens n’utilisent pas les préservatifs ou parce qu’ils font appel à d’autres moyens pour avoir des rapports sexuels sans danger. C’est la raison pour laquelle ils prétendent que le mariage monogame est une forme de protection contre les mst. Ainsi, selon eux, le risque d’attraper une mst et de la propager serait très petit s’il y avait moins de rapports sexuels changeants. Là-dessus, ils ont raison mais malheureusement, cela ne change pas les statistiques. Si on demande aux personnes atteintes d’une mst si elles sont pour une relation monogame, leur réponse est dans la plupart des cas affirmative. Ces personnes n’étaient pas contaminées parce qu’elles étaient infidèles mais parce qu’elles ont eu des rapports sexuels sans protection.

 

Mst et manque d’informations 

Ceci est une réalité : des centaines de millions de gens ont des rapports sexuels sans protection. Les jeunes montrent depuis toujours un comportement sexuel qui doit être qualifié de ‘monogame’ parce qu’il vise à trouver l’âme sœur. Leur raison et leur volonté sont incapables d’avoir une grande influence dans leurs rapports sexuels. Si la relation se rompe, ils tenteront alors de trouver un nouveau partenaire.
Les virus et les bactéries existent avant l’être humain. Ils se propagent très vite quand les conditions d’hygiène et de vie sont mauvaises et en cas de sous alimentation. Ces situations se manifestent dans ce qu’on appelle le ‘tiers monde’. Les mst y sont par hasard les plus répandues. Et c’est là que par hasard les idées sexuelles sont un peu plus primitives qu’en Occident. Le sujet de la sexualité est tabou, les règles concernant le mariage et la formation familiale sont sévères et indiscutables, la répartition des rôles sexuels est fixée à l’avance, la femme est ‘protégée’ par un voile et est consignée chez elle, l’homme se considère comme un danger sexuel, la contraception est à peine présente pour les jeunes, l’avortement se fait en cachette et dans de mauvaises conditions d’hygiène, l’éducation sexuelle autre que pour la famille et contre les mst n’existe pas.
Il s’ensuit de ce qui précède que l’éducation sexuelle concernant les mst, qui se limite à favoriser la monogamie et à combattre l’infidélité, est, elle-même, l’une des raisons principales de la propagation des mst. Aux Pays-Bas, l’approche relativement favorable du problème des mst est due grâce à la réforme sexuelle, qui a insisté sur l’intérêt des connaissances et des idées sexuelles positives et libres. Pourtant, une augmentation des mst a été constatée depuis la montée d’oppositions (à cause de l’aversion vis-à-vis de la ‘révolution sexuelle’, du retour du conservatisme et de la religion en politique).

 

Pour en savoir plus?

https://www.sexoconseil.com/sante-sexuelle/

Share this page