préventiondeblessures 

Le ‘safe sex’, ça signifie aussi veiller à ne pas blesser son partenaire ou à ne pas se blesser soi-même. La plupart des accidents se produisent pendant la masturbation. Quand on est tout seul, on a moins d’inhibitions que quand on est à deux (ou à plusieurs). C’est d’ailleurs la raison pour laquelle la plupart des gens continuent à se masturber toute leur vie: il y a toute une série de fantasmes, d’images, de textes, et d’objets qui stimulent l’imagination d’une façon qu’aucun partenaire n’est en mesure de faire.

 

Comportements dangereux pendant la masturbation

 

Les filles

Certaines techniques de masturbation comportent des risques, et il vaut mieux connaître ces risques.
La plupart de ces risques proviennent des expériences que les gens tentent avec divers objets: soit ils les introduisent dans leurs orifices, ou bien ils y mettent leurs parties génitales, ou encore ils essayent de les pousser contre un quelconque objet. Les petites filles par exemple, ont souvent tendance à introduire des objets fins dans leur vagin, anus ou trou à pipi. L’excitation peut leur faire oublier de retirer l’objet et il peut alors se coincer, provoquer des blessures, ou se coincer dans la vessie.

 

Les garçons

Chez les garçons, l’introduction d’objets dans l’anus ou l’urèthre (le tuyau par lequel passent le pipi et le sperme), ainsi que certains mouvements imprudents, peuvent également provoquer des blessures.
Il arrive que les garçons introduisent leur pénis entre deux objets afin de faire un va-et-vient rythmique, comme s´ils faisaient l’amour. Ici aussi il existe un risque: s´ils s’oublient au moment de jouir, ils peuvent se blesser en bougeant trop fort ou trop vite.
Si un homme met son pénis mou dans un trou étroit (dans une bouteille par exemple) et qu’il attrape une érection, le pénis risque de se coincer. En effet, le sang qui provoque l’érection ne peut alors plus ou difficilement quitter le pénis. Avec beaucoup de patience, on arrive parfois à le déloger, mais il arrive aussi souvent qu’on doive aller aux urgences pour se faire aider.
Il est également très imprudent d’introduire le pénis dans le tuyau d’un aspirateur en marche. L’aspiration est tellement puissante que le tuyau colle au pénis et provoque une érection douloureuse. Si l’aspirateur n’est pas immédiatement arrêté, il y a un risque réel d’endommager le pénis.
Certaines personnes tentent aussi des expériences avec des habits qu’ils se serrent autour du cou, ou avec des piercings ou encore avec des objets métalliques coupants, ou en se mettant dans des positions incongrues. Certaines personnes aiment serrer des objets autour de leur cou pendant les rapports sexuels (ou pendant la masturbation): il arrive fréquemment qu’une personne décède pendant ce genre de jeux.

 

Faire l’amour de façon imprudente 

Il est temps à présent de parler des risques liés au sexe que les gens pratiquent à deux. Ici aussi, il peut y avoir des accidents, mais ceux-ci seront plutôt provoqués par des inhibitions, contrairement à ce qui est généralement le cas avec les accidents qui arrivent pendant la masturbation. La plupart des gens n’apprennent pas à faire l’amour et donc, ils se débrouillent comme ils peuvent. Ils ne savent généralement pas ce que l’autre aime ou ce qui lui procure le plus de plaisir. Instinctivement, ils pratiquent le coït, mais le font d’une façon parfois tellement maladroite, voire brutale, qu’ils se font mal ou qu’ils font mal à leur partenaire. Beaucoup de parties de jambes en l’air ‘normales’ se soldent par des irritations de la peau, des infections, des blessures, des bleus et par tout un tas d’autres problèmes d’ordre physique ou psychique. C’est pour cela que la plupart des manuels d’éducation sexuelle accordent tellement d’importance à l’écoute, à la gentilesse, à la tendresse, au fait d’utiliser beaucoup de salive ou de lubrifiant pour la pénétration et insistent tellement sur le fait qu’il ne faut jamais partir du principe que le (ou la) partenaire apprécie la brutalité.
“Mais on a pas le droit d’être un peu brutal alors?” Si, bien sûr. Mais uniquement s´il agit d’un jeu ou chacun des deux partenaires est consentant et jouit de ce qui se passe.

 

SM

La forme la plus connue de violence consentie entre deux partenaires sexuels est le SM. C’est un jeu où le pouvoir et la soumission occupent une place primordiale et où on explore les limites de la souffrance. La plupart des adeptes du SM pratiquent leur jeu favori à deux. Un des deux joue le rôle actif, dominant, alors que l’autre se soumet docilement aux épreuves que le maître ou la maîtresse lui fait subir. Idéalement, les deux partenaires sont consentants et il y a une bonne communication entre les deux. En pratique, les choses se passent parfois différement, et la maladresse ou l’excitation font commettre des accidents. Dans un magazine spécialisé on peut trouver les conseils suivants:

 

Les femmes

  • Ne jamais souffler dans ou frapper sur le vagin! Au début, veiller à ne pas laisser trop longtemps les pinces accrochées (rester très prudent aussi longtemps qu’on ne connaît pas exactement les limites de son ou de sa partenaire).
  • N’oubliez jamais que vous jouez avec les zones les plus sensibles du corps de votre partenaire. Soyez donc toujours extrèmement prudents. Particulièrement quand votre partenaire est excité sexuellement. En effet, quand elles sont excitées, les parties du corps concernées contiennent un maximum de sang. Si on provoque des blessures à ce moment là, le risque est d’autant plus grand ! Il vaut mieux éviter de devoir emmener sa soumise aux urgences!
  • Une bonne communication est très importante. Le jeu SM peut entraîner des réactions très intenses. Les sensations dans les zones génitales sont d’autant plus intenses dès lors que ces zones contiennent beaucoup de terminaisons nerveuses.

 

Les hommes

  • La génitorture (le fait de faire mal aux parties génitales) provoque des sensations très intenses. Si on débute, il convient de commencer très doucement, de diminuer un peu la souffrance, et de recommencer tout doucement. Ceci permet d’apprendre à connaître ses propres limites en toute sécurité.
  • Si vous ressentez des douleurs à d’autres endroits de votre corps, ou si les douleurs dans vos parties génitales persistent longtemps après la fin du jeu, cela signifie probablement que vous êtes allé trop loin. Dans ces cas-là, un seul conseil: consultez votre médecin.
  • Evitez de pincer ou de tordre les testicules trop fort: elles contiennent énormément de vaisseaux sanguins. Les blessures graves aux testicules peuvent nuire sérieusement la capacité d’attraper une érection. Certaines blessures graves peuvent même entraîner l’empoisonnement ou la nécessité d’amputer.
  • On peut fouetter les testicules à condition d’être prudent. Néanmoins, il est important de rappeler que les testicules sont beaucoup plus sensibles quand elles sont ligotées. Il faut en tenir compte quand on souhaite les fouetter. Il faut également éviter de fouetter les testicules ligotées avec un fouet fait de poils de cheval: ces fouets provoquent des blessures sur les testicules ligotées.

Share this page