lesexeanal 

Le sexe anal peut procurer beaucoup de plaisir aux deux partenaires, à condition qu’ils soient tous les deux consentants. Les gens se posent souvent des questions par rapport à cette pratique. En voici quelques-unes : est-ce que le trou n’est pas trop petit, est-ce que ça fait mal, est-ce que c’est dangereux, ou plus précisément, est-ce que ça peut endommager le sphincter, est-ce que ça peut provoquer des infections, ou distendre le sphincter? 

 

D’autres questions concernent plutôt le côté technique : quelle est la meilleure façon de le faire, quelle est la meilleure position, quelles sont les circonstances qui permetteront d’avoir un maximum de plaisir?
Pour finir, il y a des questions d’ordre moral : est-ce que c’est normal, ou naturel, pourquoi mon artenaire veut-il pratiquer le sexe anal, est-ce que ça l’ennuie de faire l’amour par le trou habituel, est-ce qu’il a eu l’idée en lisant une revue porno, et est-ce que je dois me soumettre à sa volonté?
Il vaut mieux répondre à toutes ces questions avant de se lancer dans l’aventure anale. Voici quelques conseils pratiques.

 

Les deux partenaires doivent avoir envie de pratiquer le coït anal 

Tout d’abord il faut que les deux partenaires aient envie de faire l’amour par le petit trou. Chez les amants expérimentés, la question ne se pose généralement pas de façon explicite. Si on fait l’amour ensemble depuis longtemps, il est normal qu’on commence petit à petit à essayer des positions différentes, qu’on apprenne à comprendre ce que l’autre désire, et qu’on arrive à faire comprendre à l’autre ce dont on a envie.
Il faut aussi savoir les choses suivantes: le sphincter est plus rigide que le vagin, mais il peut quand même se détendre assez fort pour contenir un pénis. Attention, ceci n’est pas toujours le cas. Parfois il est possible que le pénis soit trop grand par rapport au sphincter. Le nombre de cas où le sexe anal est impossible pour cette raison est plus élevé que le nombre de cas où les rapports vaginaux sont impossibles pour la même raison.
Si la taille du pénis et du sphincter le permettent, le sexe anal ne pose pas de problèmes particuliers. Après que le pénis se soit retiré, le sphincter reprend généralement sa forme normale.
Le sexe anal ne provoque pas d’hémorroïdes ou d’infections. Par contre, le rectum contient une grande quantité de bactéries qui peuvent infecter le vagin. Par conséquent, il n’est pas conseillé d’avoir de rapport vaginal juste après un rapport anal.

 

La préparation de sexe anal

Il est rarement agréable de passer brusquement à un rapport anal dans un moment de grande excitation (c’est plutôt un fantasme légèrement S/M). Il faut donc un peu préparer le terrain.
Quelques conseils : pendant les rapports traditionnels, on peut spontanément laisser glisser son doigt vers le petit trou de sa partenaire. Le meilleur moment, c’est quand elle est très excitée et qu’elle a envie d’éprouver encore un peu plus de plaisir. A un moment pareil, un léger grattage du sphincter (qu’une femme peut également prodiguer à un homme) peut avoir des résultats agréablement explosifs. La fois suivante, il peut laisser son doigt sur son anus un peu plus longtemps, et ensuite tout doucement y introduire le doigt, etc. Il faut veiller à ce que le doigt n’ait pas de longs ongles et qu’il soit assez mouillé. Si elle a des doutes, on peut faire durer la phase préparatoire assez longtemps, plusieurs mois si c’est nécessaire. Pendant cette période elle peut aussi se préparer elle-même en s’introduisant un doigt ou un objet (à condition qu’il ne soit pas trop grand et qu’il ne coupe pas).

 

Le coït anal 

L’étape suivante consiste à placer le pénis contre l’anus, quand la partenaire féminine est excitée. On peut faire ceci dans plusieurs positions. Soit l’un en face de l’autre, l’homme entre les jambes de la femme. Ou bien tous les deux sur le côté, lui derrière elle. Dans les deux positions il peut bien lui tenir les fesses et garder le petit trou légèrement ouvert. Le pénis doit être mouillé, elle doit avoir le petit trou bien mouillé également. Il pousse légèrement son pénis contre elle. Si elle devient plus excitée et qu’elle l’encourage, il peut pousser plus fort. S´ils veulent, ils peuvent en rester là. On peut aller chaque fois un peu plus loin, et attendre une occasion spéciale (comme un anniversaire) pour tenter la pénétration complète. Le fait d’y aller petit à petit peut ajouter du piment aux relations sexuelles. La pénétration se déroule généralement en deux fois : le pénis appuie contre l’anus et l’homme attend que sa partenaire se détende et ouvre son anus en poussant un soupir. Ensuite le pénis entre dans l’anus et est comme encerclé par le sphincter. Ceci peut procurer beaucoup de plaisir aux deux partenaires. Les mouvements doivent être délicats et ne doivent généralement pas durer trop longtemps.

 

Quelques conseils:

  • Il est conseillé de ne pas avoir de contacts entre le pénis et le vagin après un rapport anal. On peut donc commencer avec un rapport vaginal, et poursuivre avec un rapport anal, mais pas l’inverse.
  • Il est important d’avoir une bonne hygiène quand on a un rapport anal. Veiller donc à vous laver le pénis et l’anus et à avoir le rectum vide.
  • Utilisez beaucoup de lubrifiant. On peut bien sûr se servir de sa salive, mais on peut aussi acheter des tubes de gel lubrifiant en pharmacie.
Share this page